Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daniel Broche
Manipulating search engines for profit become a serious problem (Brin & Page 2000)

#ist project of the month

Comparateurs: La rupture technologique qui pourrait bousculer Google ?

La crise économique est en train d'accélérer la remise en cause de plusieurs modèles économiques. Sur le web, le portail media est en ligne de mire.
Que ce soit aux US avec le feuilleton Yahoo!, ou en Europe avec Lycos, il semble établi que les grands portails soient voués au démantèlement. Ceci est la conséquence ultime du succès écrasant de Google: Avec un moteur surpuissant, plus aucune valeur ajoutée à collecter et présenter l'information en un site unique ! Mais Google lui même pourrait bien se faire prendre à son propre piège du fait de sa position centrale.

Le phénomène va bien au delà des grands portails media généralistes: In fine ce sont aussi tous les portails thématiques qui vont devoir se poser la question de leur avantage concurrentiel face à Google dans la bataille pour les revenus publicitaires. Y compris dans l'e-commerce.

Plusieurs pistes sont explorées: Les places de marchés ont été à la mode en 2008. On parle maintenant des sites pour mobiles (dernier en date, RueDuCommerce se met au mobile avec l'argument clef de proposer du comparatif en magasin).

Beaucoup plus pragmatique et simple, je viens de découvrir ce qui pourrait être la rupture technologique de 2009: La comparaison embarquée made in WorkIT.

Mr Billaut en parlé sur son blog. Mais il faut le voir pour comprendre le potentiel. Du coup j'ai fait un petit screencast de la version alpha sur mon pc. Accrochez vous...


(si quelqu'un sait comment redimmensionner ce fichu flash je suis preneur.
Toute la bande passante de Jing a été consommée en une demie journée
et j'ai du changer la video de serveur...)

A quelques semaines de la mise en place de la charte des comparateurs, ce service radicalement innovant peut remettre en cause certains modèles économiques: L'insertion directe des liens sur Google est visée !

WorkIT a imaginé un service simple qui à le potentiel de chambouler le modèle économique si bien rodé du grand Google: Celui qui fait actuellement la pluie et le beau temps sur le net. N'oublions pas que les liens sponsorisés représentent la majorité de ses bénéfices...

Même les marques pourraient devoir repenser les objectifs de leurs sites corporates comme je le montre à la fin.

Je ne parle même pas des sites e-marchands qui misent sur la captivité du consommateur ou ceux qui proposent le remboursement de la différence...

Reste quelques questions en suspens à traiter pour WorkIT:

  • Comment booster l'adoption de son widget ? On sait que les widgets c'est pas simple à diffuser depuis qu'UPS est obligé de faire des 4x3 dans le métro.
  • Est il possible de comparer avec des critères qualitatifs (avis consommateurs, dispo réelle en stock, délais...) comme le font les leaders sur le marché de la comparaison de prix ?
  • Google et les marchands ne peuvent ils pas bloquer ou biaiser le système de WorkIT ?

Une chose est sûre: ça va faire du bruit !

ps: Etant client de WorkIT depuis le démarrage de leur solution B2B, j'ai pu déjà apprécier leur travail sur les services d'intelligence economique. S'ils procèdent à leur déploiement vers le B2C avec la même rigueur et intelligence, ça va aller très très vite...

MAJ: J'ajoute une petite video de Richard Legendre (directeur des opérations WorkIT) datant de février 2008 qui présente l'activité à l'origine de l'entreprise

ICT2008 Lyon: le top du numérique européen !

Ict08lyon Dans un mois se tient à Lyon l'une des conférences les plus intéressante en Europe pour les férus de technologie: ICT08 event  (anciennement IST event)

Il s'agit de la grand messe organisée par la commission européenne afin de faire réseauter tout le petit monde de la recherche informatique-télécoms-web du vieux continent.
Mieux: C'est aussi la vitrine de tous les projets de recherche IT financés par l'Europe avec de nombreux stands de démo. Un rendez-vous idéal, donc, si vous voulez anticiper les vrais changements à venir d'ici 4 à 5 ans... Et puis c'est aussi très instructif de voir que nos impôts servent aussi parfois à faire des trucs de dingue !

En 2004 j'étais resté scotché par le système qui permettait de piloter une souris à l'écran par la pensée.

Côté people, les intervenants des plénières sont de haut niveau. Peut être trop pour donner des infos pratiques mais ça donne une idée des rencontres que l'on peut faire sur place aux pauses café:

  • Albert Fert, Nobel Prize winner for physics 2007
  • Viviane Reding, European Commissioner for Information Society and Media
  • Christine Lagarde, French Minister for the Economy, Industry and Employment
  • Valérie Pécresse, French Minister for Higher Education and Research
  • Ben Verwaayen, CEO, Alcatel-Lucent
  • Denis Ranque, CEO, Thales
  • Harold Goddijn, CEO, TomTom

En parallèle ont lieu des sessions de networking sur différents sujets. Généralement ces sessions sont un lieu de rencontre pour les chercheurs, industriels et entrepreneurs en quête de partenariats.

J'ai eut l'occasion d'assister à cet évenement à La Haye en 2004. J'en garde un excellent souvenir et j'avais découvert des travaux à l'époque, dont les retombées arrivent maintenant sur le devant de la scène.

Pas grand chose de comparable avec LeWeb, sinon qu'il faut payer un certain prix. LeWeb est très américanisé et très pragmatique. On y trouve une dose de show avec des supergourous du web et beaucoup de réseautage orienté financement & investisseurs. Les participants sont principalement des entrepreneurs et des VC (pour ce que j'en ai vu l'an dernier). ICT est beaucoup plus axé R&D scientifique: On y trouve des directeurs de labo ou de centres de recherche, des responsables R&D de groupes industriels et quelques dirigeants de start-ups. Peu ou pas d'investisseurs.

La différence entre les deux rendez-vous est assez symptomatique des conceptions radicallement opposées d'innover de chaque côté de l'Atlantique.

Est ce que certains ont déjà leurs places ? On pourrait peut être organiser une rencontre informelle en soirée à Lyon avec quelques acteurs impliqués dans le web.

ps: Les inscriptions avant la fin de la semaine bénéficient d'une remise de 100€ ! (date limite le 31/10/2008)

Skype: Pourquoi c'est vert ?

Daniel Broche #IST project of the month

La réponse dans la longue interview qu'a donné Julien decot le directeur de la stratégie Skype à Jeremie.

Autres extraits intéressants:
Pourquoi Skype n’ouvre pas son code source ? (pour le couplage avec des CRMpro)
"Excellente question. Nous avons déjà de nombreuses APIs disponibles. En termes de CRM, Salesforce.com a déjà intégré Skype. La encore, nous allons accélérer nos efforts rapidement. A suivre…"

Skype: Pourquoi c'est vert ?: picture * by Dalla*
*, première mise en ligne par Dalla*.

En effet, il faudra suivre. Notre expérience Skype pro chez Discounteo s'est arrêté l'an dernier car nous avions de vrais problèmes de bande passante.

Pourtant, à l'époque, adopter une solution call center sous skype me paraissait très prometteuse.
Si les soucis d'hypernoeuds sont maintenant bien gérés, je pense que cette approche pourrait de nouveau revenir sur la table. Mais je préfère attendre désormais que Skype sorte des solutions entreprises vraiment complètes et packagées plutôt que miser sur des intermédiares qui utilisent les API. Ca tombe bien, ça à l'air d'être au programme de la roadmap de la filiale d'eBay !

En attendant nous avons découvert les joies d'Asterisk. L'open source a aussi un gros potentiel face à Skype qui est encore 100% propriétaire. Etonnant qu'il n'en soit fait mention nulle part dans cet échange.

Nota: Le sponsoring de paroles de blog est sur la bonne voie. Reste à savoir de quoi on pourrait avoir besoin !

Les metamateriaux rendent possibles la conception d'objets invisibles

Daniel Broche #IST project of the month

Vous avez surement en mémoire la voiture de James Bond qui devient invisible quand il la gare.
Des chercheurs japonais ont trouvé une solution qui permet théoriquement de réaliser cette prouesse.

Jusqu'à présent seules des expérimentations militaires faisaient état de revêtements soit-disant invisibles.

Désormais on sait que la physique permet cela.
Le challenge est de reconstituer sans déformation des fréquences d'ondes visibles qui arrivent d'un coté de l'objet ,de l'autre coté, sans décalage temporel. Le metamatériau découvert le permettrait, en théorie...car il faut maitriser un jeu de réfraction très complexe.

Bien entendu le temps de passer de la théorie à la pratique, puis à l'industrialisation, il s'écoulera de nombreuses années. Les OLED dont le premier brevet date des années 80 ne sont apparu que récemment sur nos téléphone portable. Et il faudra encore plusieurs mois avant que ne soit vendues des téléviseurs de grande taille ou des écrans souples avec cette technologie. Le metamateriau pour tous n'est pas pour demain !

En attendant pas, de risque donc, de se cogner dans la rue sur une voiture ou un immeuble invisible, ni de passer à côte à côté de Kylie Minogue sans même la voir sous sa cape d'invisibilité que lui aurait offerte Olivier...

Sans trucages

Daniel Broche #IST project of the month

Un soupçon de simplicité

Daniel Broche #IST project of the month

Il semble que certains entreprenautes s'occupent de monter des services pour vous séduire, mesdames.
Voyez le blog d'Hubert à ce sujet et le concours qu'il a mis en place pour le lancement.

TAKE IT EASY!: picture TAKE IT EASY! by hotnacho
TAKE IT EASY!, première mise en ligne par hotnacho.

Et pour ceux qui veulent polémiquer sur le côté sexiste du projet, il faut peut être s'occuper de cas plus urgents et attendre de voir le résultat avant de juger. M'est avis que tout cela va être très intéressant...

ADN online

Daniel Broche #IST project of the month

Je n'ai pas souhaité écrire "à chaud" quand j'ai lu la note de Loic qui explique qu'il va prochainement mettre en ligne son test ADN sur son blog (via le service de 23andme).

Les technologies génétiques tout comme Internet ouvrent des espaces de liberté nouveaux. Il est important de défendre cette liberté mais il est tout aussi indispensable d'en assumer la responsablité.

Le premier sentiment que j'ai eut à la lecture de cette note c'est une surprenante légereté vis à vis d'un sujet qui inquiète beaucoup.

La video de présentation de ce nouveau service me rappelle Bienvenue à Gattaca. On retrouve dans l'enthousiasme et les explications de ces deux entrepreneuses, la logique des personnages de cette fiction.

Bien sûr Loic est un très bon polémiste qui sait qu'une position tranchée à outrance favorise le débat et les réactions.
De plus le test en question ne dévoile pas tout son code ADN mais uniquement quelques centaines de caractéristiques.

Il n'empêche: en rendant public même partiellement son information génétique, Loic va indirectement dévoiler définitivement une partie du patrimoine génétique de toute sa famille. En particulier ses enfants.
Pour quelque-un qui a depuis longtemps comprit l'importance d séparer sa vie publique de sa vie privée, il me semble que ce choix est bel est bien irréfléchi.

D'une manière plus large, les business-models autour de la génétique me laissent aussi perplexes que ceux autour de la musique en ligne, basés sur les droits d'auteur.

L'ADN est un support d'information. Il est donc répliquable à l'infini. Jusqu'à présent ce sont les barrières techniques qui nous ont empêché de le lire et de le faire circuler (pour le décryptage c'est une autre histoire). Un peu comme les morceaux de musique à l'ère du CD...

La digitalisation de cette information rend sa circulation libre. L'exemple de la musique montre à quel point il est ensuite difficile de résoudre le problème de la responsabilité (coûts, détournements, etc...)

23andMe me fait donc penser à Napster en son temps. Une approche radicalement différente, en réseau mais complètement déconnectée de la réalité sociale...

Leweb3: Signaux faibles (3)

Daniel Broche #Actualité, #IST project of the month, #Technologies & prospective


Web3 end
Originally uploaded by danielbroche.

Pour terminer cette série de note sur les signaux perçus durant le Web3, il faut parler de Google.

Signal fort: Google est partout. Un joli stand plein de fun mais lorsque je suis venu parler avec l'équipe on m'a expliqué que la communication n'était axée que sur les applications gratuites grand public. Paradoxal pour un évenement qui ne regroupe que des pros du web !

Google est surtout dans tous les esprits car si on parle monétisation, il faut penser à Google: Comment être sûr qu'un bon modèle ne va pas être pompé ou interdit par Google ?

Je retient la très bonne remarque de Jérémie Berrebi: La valeur de Myspace et Facebook tient peut être à leur audience indépendante de Google... D'ou la course vers les webOS et pages personnalisables qui sont d'autres échappatoires.

Signal faible: Alors qu'on ne parle que de connecter les gens, force est de constater que ce sont plus les gadgets en tout genre qui sucitent l'intérêt et attirent l'attention dans les stands.
Les interventions de Rafi Haladjan et Philippe Starck rappellent qu'une génération de nouveaux objets génétiquement conçus pour de usages avec le web émerge et fait du sens.

Le témoignage d'Alexander Diehl (BMW) démontre que le chemin est long est complexe pour les grandes marques qui doivent désapprendre à diffuser et apprendre à dialoguer avec leurs clients autour de leurs objets.

Leweb3: Signaux faibles (2)


Jeff Clavier
Originally uploaded by danielbroche.

Comme je l'écrivais hier en live, un autre signal fort c'est le doute ambiant.

La monétisation est un sujet important. Pourtant personne ne comprend vraiment comment cela est possible.
J'ai bien apprécié la réponse du patron de Price Minister quand on lui a demandé comment faire de l'argent avec un widget: Il n'y a pas d'argent à faire avec les widgets. La valeur est en fin de chaine pour le dernier intermédiaire.

Le signal faible que j'ai relevé c'est qu'une majorité de discussions étaient animées par des venture capitalists. Aucune par un journaliste grand public.

En somme pour suivre et comprendre les discussions cette année, il faut avoir une logique financière. Comme l'a constaté beaucoup de monde, s'en est fini du temps de l'amateurisme, des ideaux et de la passion. Restent de l'enthousiasme et du dynamisme.

Risque d'auto-emballement ? On peut en effet s'interroger: Quelle est la motivation pour des VC a prendre en main les débats ?

Lot of hype, lot of money

Daniel Broche #Actualité, #IST project of the month, #Technologies & prospective


Lost & found
Originally uploaded by danielbroche.

Etrange sentiment d'entendre tous ces gourous s'intérroger sur la façon de monétiser la dimension sociale du web.
Tarik Krim qui déclare explicitement que le graal des reseaux sociaux n'est pas encore identifié par qui que ce soit.
Kevin Rose, le fondateur de Digg qui s'inquiète des "too easy fundings"

Dans les couloirs il est beaucoup question d'audience, de revenus et de levées de fond. Quel contraste avec le propos visionnaire de Starck qui déclarait ce matin qu'il fallait voir loin et assumer sa reponsabilité; que le modèle devait évoluer pour se débarasser de tout l'inutile. Arrêter de dépenser de l'intelligence pour vendre du superflu mais plutot chercher le nécessaire.

Afficher plus d'articles

1 2 3 > >>
Facebook Twitter RSS Contact