Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daniel Broche
Manipulating search engines for profit become a serious problem (Brin & Page 2000)

#e-marketing

Google veut conquérir le print et la TV

Daniel Broche #e-marketing, #Google

Le trafic des e-marchands envoyé par Google Shopping a augmenté à une vitesse impressionnante depuis son lancement en France l'an dernier. Cela principalement au détriment des compareurs qui avaient bien optimisé leur SEO.

Mais Google compte pas s'arrêter là. Les deux prochains supports de génération de leads pour les marchands seront la TV et les catalogues:

  • Google TV sera lancé en France en 2012 si la firme de Mountain View n'est pas bloquée par les lobby audiovisuels européens. Son objecif est de rendre les programmes TV interactifs. Cliquer un produit dans une pub, une émssion, voire pendant un film: En gros c'est la promesse de Google TV. Vu les enjeux financiers autour de la télévision, je crois toutefois qu'il faudra attendre quelques temps avant que Google pénètre le marché à la hauteur d'une chaîne de la TNT. Il est clair que pour l'instant les intérêts du géant du web ne vont pas du tout dans le même sens que ceux des producteurs de contenus et de leurs financiers (les chaînes)
  • A plus court terme, c'est une autre support qui pourrait connaître sa petite révolution: Le catalogue. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo de présentation du service ci-dessous, Google Catalogue ce n'est pas seulement une jolie visionneuse flash; c'est surtout une façon de rendre le catalogue clicable et donc in-fine de vendre un peu plus de trafic vers les boutiques à partir d'un contenu pour lequel Google n'aura pas de barrière à l'entrée: Les marchands et les marques ont tout intérêt à diffuser à moindre coût et au plus large nombre leurs catalogues. Le risque est donc d'autant plus réduit que Google va dans le même sens que les producteurs de contenus dans le marché du print.

 

Google sanctionne des fleuristes en ligne au moment de la fête des mères

Daniel Broche #Cartoon, #e-marketing, #Google

Schtroumpfer les clics ?

Daniel Broche #e-marketing

Triste nouvelle pour l'e-commerce hexagonal: La France fait partie des pays ou la fraude au clic est la plus élevée au monde. Click Forensics estime le taux de faux clics (faux clic = clic généré par un logiciel et non un vrai internaute) autour de 20% du volume total. Bien que les principaux portails (moteurs de recherche, sites d'actualités, comparateurs, etc...) s'en défendent en traitant volontiers ce problème de mythe, ce phénomène est bien réel et les e-marchands n'ont guère de recours tant la démonstration de la fraude est complexe donc coûteuse elle aussi.

Mais en marge de ce problème qui devrait encore faire polémique de nombreuses année au bistrot du salon e-commerce, il y a une autre question que je me pose depuis un bout de temps: La pub au clic sur le net n'est elle pas l'un des mécanisme les plus performant au monde pour blanchir de l'argent sale ? Et d'ailleurs n'existe t'il pas des sociétés dont le succès fulgurant reposerait plus sur le recyclage de capitaux criminels que sur une réelle création de valeur ?

Comme l'explique très bien l'article de Wikipedia sur le sujet, il existe une multitude de procédés dont le plus courant est le schtroupfage ! (on en apprend tous le jours) L'objectif étant de générer un maximum de revenus d'origine légale en effaçant au maximum les traces d'une origine illégale.

Quoi de plus simple alors avec les capitaux que de louer quelques serveurs pour simuler du clics sur des campagnes payantes à des prix exorbitants. En passant par l'intermédiaire d'une régie peu regardante ou incompétente qui prendra une com, il est alors simple de justifier l'opacité totale sur l'origine des clics. En effet nombre des intermédiaires du monde du clic cachent les sources quand ils mixent de multiples provenance  pour éviter que l'annonceur  ne les courts-circuite ou donne des informations à la concurrence.

Ce mécanisme est totalement scalable sans investissements lourds et bien adapté à la mondialisation. Il ne nécessite que très peu d'intervention humaine = faible risque de fuites. Enfin,  il est à mille lieux des préoccupations actuelles sur les paradis fiscaux et les jeux en lignes, donc discret (ou alors les autorités cachent bien leur jeu).

La régie peut se contenter d'une très petite marge, si le volume est colossal elle peut dégager des fortunes... Je suppose que le marché du recyclage d'argent sale est largement supérieur à celui du sexe sur le web.

 Comme je l'ai dit en introduction, tout ceci n'est qu'un questionnement. Une chose dont je suis toutefois convaincu: Pour continuer à prospérer, la publicité au modèle CPC devra tôt ou tard faire d'importants progrès dans le domaine de la transparence. Les sommes en jeu sont très importantes. Il y a donc un marché à prendre pour celui qui saura innover pour apporter une solution simple et efficace.

 

PS: si je devais monter une telle agence spécialisée dans le blanchiment d'argent sale, je proposerait en plus des paiements via téléphone. Avec des cartes prépayées par exemple, cela permettrait d'encaisser sans avoir besoin de placer les fonds frauduleux sur un compte bancaire au préalable (risque de contrôle quasi nul) et je m'installerai dans un pays d'Europe qui aurait de bons accords avec les paradis fiscaux offshores et assez tolérant avec certaines activités considérées comme criminelles ailleurs en Europe pour démarcher plus facilement (proximité des "clients")

Resterait plus qu'à expliquer le succès fulgurant de mon business. Mais ce n'est pas vraiment un souci: Les journalistes face à ces chiffres spectaculaires pourraient ils oser douter de moi ?...

Pub clip Ikea

Daniel Broche #e-marketing, #Ikea

Droit à l'oubli numérique, protection des internautes et e-commerce

Daniel Broche #e-commerce: juridique, #e-marketing

Dilbert.com

 La charte pour le droit à l'oubli numérique vient d'être signée sous l'égide de Nathalie Kosciusko-Morizet. C'est une excellente initiative.

La presse a largement relayée l'absence de Google et Facebook parmi les signataires. Il me semble logique que Google privilégie son lobbying auprès de Bruxelles en la matière. Quand à Facebook j'ai vraiment du mal à croire qu'ils ont une stratégie claire et établie sur la question. Leur croissance est tellement rapide qu'ils ne doivent pas trop réflechir. C'est eux qui inventent les usages de demain: Ils ont tout intérêt à foncer pour exploiter tous les flous juridiques tant qu'ils existent.

Moins médiatique mais plus important pour l'e-commerce: En parallèle de la signature de cette charte s'est tenu un autre groupe de travail traitant des questions publicitaires.

Géo-marketing, reciblage, publicité comportementale... Toutes ces techniques sont désormais largement utilisées par les acteurs du web et en particulier les e-marchands. En amont d'une transposition européenne qui doit avoir lieu d'ici fin 2011, une position de principe a été adoptée afin d'éclairer les futurs débats parlementaires et éviter des reglementations absurdes et contre-productives pour l'industrie numérique.

L'un des enjeux est de pouvoir continuer à utiliser les cookies normalement pour travailler dans de bonnes conditions. Je trouve cela fou que l'on en soit encore là en 2010 mais en effet il semble bien que certaines personnes exédées par des bannières trop répétitives aient décidé de rendre la gestion des cookies plus compliquées que 3D secure !

Certes, je reconnais que les pubs Meetic & MyFab sur Facebook ont été très saoulantes au démarrage, que Critéo a peu être un peu trop acheté d'inventaire au plus fort de la crise 2009, et que ça fait bizarre de découvrir que Google lit notre messagerie Gmail. Même si c'est avec des robots...

Mais il me semble tout de même qu'il existe des priorités bien plus importantes en matière de protection de la vie privée  que les technologies des cookies. J'espère donc que ces travaux seront lus et compris par nos parlementaires. Qu'ils s'interrogent alors sur des questions autrement plus graves: déploiement des systèmes d'inspection de paquets chez les FAI via Hadopi ou capture de data via les barre de navigateur qui peuvent interférer sans limitations à l'insu de l'internaute et parfois aussi au détriment des e-marchands. En voilà des vrais dérives dangereuses.

Téléchargemez la Charte publicite ciblée et protection des internautes

 

Think with Google 2010 - Dublin

Daniel Broche #e-marketing, #Google
Think with Google 2010 - Dublin: picture Think with Google 2010 - Think Tank session by danielbroche

Google a invité cette semaine une partie de ses clients européens dans ses locaux de Dublin pour leur faire un petit show de ses produits.
Une première journée pour les clients d'Europe du nord, et une second pour ceux du Sud (aussi appelé "club med" chez Google).

Cet évènement rassemblait un mix équilibré d'agences et d'annonceurs. C'est d'ailleurs la première fois que je croise tant de spécialistes SEM sans me faire démarcher.

Parmi les sessions auxquelles j'ai pris part, voici quelques petites choses que j'ai relevées:
- Même les gens chez Google ne connaissent pas tous les outils proposés par Google...
- Google travaille depuis un moment sur un système de ciblage publicitaire sans mot clef mais c'est apparemment très dur à mettre au point
- Google Display Network et réseau de contenu c'est la même chose meme si c'est écrit nulle part
- Grosse innovation en vue dans le display d'ici 6 - 8 mois avec la possibilité de contextualiser le contenu des bannières en fonction du profil de l'internaute, de son lieu, la météo, etc... et de mixer cela avec les infos de reciblage !
- Déploiement progressif des extensions de produit dans Adwords (pour afficher directement des produits dans le bloc Adwords). Discounteo fait partie des petits chanceux qui ont deja cette fonctionnalité et en effet ça améliore le CTR.
- Pour simplifier le boulot des e-marchands qui veulent aller au delà des frontières, Google vient de sortir la v2 de Google export tool(sorte de kit de survie à l'international mais qui n'apporte pas encore de solution pour les taxes)
- Le plus gros pic de recherche sur la thématique shopping dans les stats Google a lieu le lendemain de noël ! Je vous laisse le soin d'interpréter...
- Les outils pour analyser les vidéos et le comportement des iternautes sont de plus en plus poussés. La TV traditionnelle a du souci à se faire.
- Google renforce sa présence à Paris pour être plus proche des annonceurs.
- Google Products (= Google shopping = Froogle..) va arriver en France mais on ne me donne plus de date :-D

Et aussi des questions intéressantes partagées avec d'autres clients:
- Comment traiter les internautes qui ont acheté dans les campagnes de reciblage pour éviter de les saouler ?
- Google favorise t'il les entreprises US qui importent en Europe en leur donnant accès aux outils plus performants avant ?
- Pourquoi Claire Hughes Johnson n'a pas participé au numéro de claquettes en plein milieu de la soirée ?

Vous pouvez retrouver plus de feedbacks sur Twitter avec le hashtag #TWG2010
C'etait vraiment un évènement productif et motivant pour s'impliquer encore plus sur Google. J'espère juste qu'ils ne m'en auront pas trop voulu de ma question irrévérentieuse sur Google Suggest en fin de journée :-)

 

Credit-photo: Think with Google 2010 - Think Tank session, première mise en ligne par danielbroche.

Google suggest condamné

Daniel Broche #e-marketing, #Technologies & prospective, #Web-Tech
Google suggest condamné: picture google suggest defamation by danielbroche

Grosse actualité judiciaire autour de Google suggest.
Les tribunaux français continuent d'accumuler les sanctions contre cet outil de Google qui prétend deviner ce qui va intéresser l'internaute avant même qu'il ai tapé entièrement sa recherche.

Après les démêlés l'an dernier avec différentes marques, Google a retiré les suggestions telles que "arnaque", "escroquerie"... J'en avais parlé sur ce blog étant concerné au premier chef avec Discounteo qui était visé par ces pratiques diffamatoires. Une décision de justice ce mois ci (Omnium finance) vient confirmer cette amélioration des choses.

Mais désormais ce sont les particuliers qui semblent avoir aussi gain de cause. Le jugement rendu en faveur d'un ancien détenu va apporter de l'eau au moulin des partisans du droit à l'oubli. A titre d'exemple, je trouve toujours scandaleux que l'une des premières proposition de Google suggest pour "Martine Aubry" soit "martine aubry lesbienne" (idem pour "Alliot Marie"...). Je ne crois pas que la liberté d'expression ait quoi que ce soit à voir là dedans...

Bien sûr tout ceci prend une importance d'autant plus grande que Google suggest jusqu'alors accessoire, devient un élement stratégique du moteur avec l'évolution Google Instant search (recherche temps réel).

En fait le noeud du problème c'est que Google suggest est basé sur un algorithme mal pensé: Il s'emballe trop facilement sur les terme polémiques et rien ne permet d'exclure qu'il puisse être manipulé par des tiers mal intentionnés. Mais peut être est il au contraire trop bien pensé pour uniquement maximiser les profits d'Adwords au détriment du reste... Toujours est il que la justice française semble y voir clair en soulignant:

"les algorithmes ou les solutions logicielles procèdent de l’esprit humain avant que d’être mis en œuvre"

"les items de recherche litigieux sont incontestablement de nature à orienter la curiosité ou à appeler l’attention sur les thèmes qu’ils proposent ou suggèrent et, ce faisant, de nature à provoquer un “effet boule de neige” d’autant plus préjudiciable à qui en fait l’objet que le libellé le plus accrocheur se retrouvera ainsi plus rapidement en tête de liste des recherches proposées"

Je suis 100% d'accord avec cela. Une fois n'est pas coutume, il semble bien que notre jurisprudence soit à l'avant garde des bonnes pratiques numériques et oblige un champion us du web a s'améliorer !

Credit-photo: google suggest defamation, première mise en ligne par danielbroche.

Le bout du tunnel d'achat: beaucoup ne le voient pas

Daniel Broche #e-marketing
Le bout du tunnel d'achat: beaucoup ne le voient pas: picture Tunnel d'achat sécurisé by danielbroche

Voici quelques petits conseils gratuits que j'ai pêché ces dernières semaines:

- Ajoutez une captcha bien illisible voire carrément inviolable dès la création du compte. C'est vrai qu'on ne se méfie jamais assez des pirates informatiques qui veulent venir voir votre espace client ou créer un compte juste pour vous prendre de l'espace dans votre base de donnée. Si vous êtes finaud, vous pouvez même ajouter la confirmation par e-mail obligatoire avant de continuer l'achat.

- Vendre des assurances pour protéger le client au cas ou le produit arrive cassé ou bien si vous mettez la clef sous la porte. Ce client n'avait peut être pas encore eu suffisamment d'imagination pour envisager toutes les emmerdes qui peuvent lui arriver une fois donné son n° de carte bleue... Si possible ajouter ces assurances automatiquement et faire en sorte qu'il soit impossible de les enlever du panier sans un bac+8 en génie logiciel.

- Évidemment ne proposer que 3D secure comme moyen de paiement. Ni chèque (trop risqué), ni Paypal (trop cher), ni crédit (le client va se sur-endetter à coup sûr).

Voilà de quoi faire bien baisser votre nombre de commande et passer un week end tranquillou au lieu de cavaler à préparer les expéditions. Merci qui ?

Credit-photo: Tunnel d'achat sécurisé, première mise en ligne par danielbroche.

L'e-marchand est d'abord un marchand

Daniel Broche #e-commerce 2.0, #e-commerce: généralités, #e-marketing

Google prediction

Google prediction: picture google instant = prediction ? by danielbroche

Google aurait du s'appeler Oracle et inversement: Le premier veut à tout prix deviner nos pensées quand le second fait tout pour permettre de stocker des quantités de nombres, de plus en plus importantes, dans des bases de données.

Cette réflexion mise à part, la sortie de Google Instant fait grand bruit: C'est la version grand public d'une technologie déjà accessible via API depuis quelques temps (Google prediction). Mais voilà, ça épate plus une techno directement utilisable par l'utilisateur lambda plutôt qu'un truc réservé aux informaticiens initiés.

Les spécialistes de la publicité ont déjà compris que cette innovation vise à faire forte impression auprès du consommateur. Et qui dit forte impression dit fort budget d'affichage publicitaire !

Les règles vont donc un peu changer en matière de référencement.

Tout ceci me rappelle une vieille note qui m'avait placé en position n°1 Google sur la requête "Devine à quoi je pense". On est loin d'imaginer tout ce que les internautes peuvent demander à leur moteur de recherche...

Credit-photo: google instant = prediction ?, originally uploaded by danielbroche.

Afficher plus d'articles

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>
Facebook Twitter RSS Contact