Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daniel Broche
Manipulating search engines for profit become a serious problem (Brin & Page 2000)

Avalanche au Mont Blanc: Imprévisible Serac

Seracs du Mont Blanc du Tacul - Printemps 2008J'écoutais ce matin le représentant des guides de Chamonix témoigner à propos de l'avalanche meurtière de ce week end (dans les pentes du Mont Blanc du Tacul).

En montagne, les pierres et les séracs sont des dangers objectifs: Ils existent et sont malheureusement imprévisibles et imparables.
Quel que soit le degré de préparation et les mesures de précaution, il est impossible de réduire leur risque à zéro.
Tout le contraire des risques liés à la météo, à l'équipement et surtout à la condition physique qui sont subjectifs.

Avalanche au Mont Blanc: Imprévisible Serac: picture Serac by m a x | h o m a n d
Serac, première mise en ligne par m a x | h o m a n d.

Cet accident m'a rappelé un souvenir de montagne: Cela se déroulait durant mon stage final du brevet d'état de moniteur de ski, à l'ENSA de Chamonix.
Quartier libre le week end: Excellente neige de fin de saison et groupe de jeunes moniteurs en pleine forme. Après une matinée d'aller-retours sur les Grands-Montets nous avions filé vers l'Aiguille du Midi pour la dernière descente de la journée de la vallée blanche.
Lors de cette descente, nous avons observé deux randonneurs. ils remontaient la vallée sur une des pentes nord. Nous nous demandionst si nous n'aurions pas du tenter le Mont Blanc ce jour là...
Tout à coup un énorme sérac s'est détaché, environ 500 mètres plus haut.

Nous avons donc eut droit à un spectacle effroyable de plusieurs seconde:
En haut de la montagne se formait une énorme avalanche d'environ 100m de large.
En bas de la pente les deux randonneurs avançaient droit dans sa trajectoire: Inconscients du danger, la courbure de la pente leur avait caché la chute du Sérac et la neige étouffait le bruit de l'avalanche.

Quel sentiment d'impuissance de voir un tel accident se précipiter dans pouvoir rien faire !

Fort heureusement cette fois là les deux randonneurs eurent le temps de détaler lorsque la coulée déboula dans leur champ de vision.
Il ne s'en fallut que de quelques mètres pour que l'un ne termine dans les crevasses de la vallée blanche...

Ce week-end d'autres ont eut moins de chance.
J'ai retrouvé sur Flickr un cliché des séracs situés dans la zone ou s'est déroulé le drame (photo prise ce printemps par Yvan Lemeur).

Quand un tel mur de glace s'effondre, on imagine aisément les dégâts qu'il peut causer en contrebas !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

fx 21/12/2012 16:32

pour avoir fait la vallée blanche assez tard dans la saison, heureusement que nous avions un guide avec nous car on touche vraiment du doigt le danger que représente la montagne... les crevasses étaient très impressionnantes...

Daniel 21/12/2012 16:32

Le couloir de la mort c'est paradoxal comme nom pour un lieu situé dans un espace aussi large et grandiose !
Bonne ascension Michel ! Moi j'ai choisi des sommets moins enneigés pour me changer les idées

Michel de Guilhermier 21/12/2012 16:32

Daniel, la voie normale du Mont Blanc, par St Gervais/Nid d'Aigle/Aiguille du Gouter, emprunte le fameux Grand Couloir, aussi appelé "Couloir de la Mort" en raison des nombreuses chutes de pierres qui s'y déroulent.
C'est en effet un danger et un risque objectif impossible de réduire totalement à 0.
Par contre, il est possible de le réduire fortement en partant tôt au petit matin lorsque la neige ne s'est pas encore réchauffée, emprisonnant encore les pierres.
Le lieu où a eu lieu l'accident ce week-end est une face objectivement avalancheuse. Il y avait eu au même endroit des accidents similaires en 2005 et 2006.

Facebook Twitter RSS Contact