Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daniel Broche
Manipulating search engines for profit become a serious problem (Brin & Page 2000)

Web sémantique, services et e-commerce

Daniel Broche #techno e-commerce

Dans sa dernière note, François rappelle que les travaux menés pour développer le web sémantique pourraient apporter des changements profonds dans les chaînes de valeur actuelle comme l'e-commerce.

Mais son exemple prête à confusion, en particulier avec une autre tendance de fond: les web-services. Sans être un expert du domaine, voici ce que j'en ai compris jusqu'ici (n'hésitez pas à me reprendre si je raconte des énormités):

- Le web sémantique consiste à dissocier l'information (ponctuel) et le savoir (global ou local). Cela ajoute une couche d'abstraction autour de l'information.
Donc c'est plus compliqué...

- Les services web imaginent une couche appelée middelware dotée de capacités de réalisation de tâches avec une certaine autonomie, voire intelligence. On rajoute donc une couche d'abstraction au milieu de l'information.
Donc c'est plus compliqué...

Pourquoi faire plus compliqué ? Quel intérêt pour le e-commerce ? Qui va vraiment s'en soucier ? Comment en est on arrivés là ?

Autant de questions dont j'attend la réponse !

Ceci dit voici ce que j'imagine comme exemples possibles qui peuvent illustrer ces propos abscons:

Web sémantique

Un internaute navigue sur Discounteo et arrive sur la page du superbe Indesit-Moon.
Le site envoie alors le descriptif technique et commercial du produit (information) à Téa notre agent conversationnel
Le site envoie également une ontologie, par exemple des connaissances sur le rayon et la marque (savoir)
Du coup si l'internaute essaye de coller Téa en lui posant une question implicite "Combien peut contenir cet appareil ?"; celle ci saura qu'en fait de contenance, il s'agit de la capacité en KG de linge sale.
Hé oui parce que la même question posée à notre chère Téa à propos d'une machine expresso lui aurait fait répondre tout autre chose (capacité en litres de café).
Et pour une chaîne Hi-fi elle aurait la possibilité de clouer le bec à notre internaute en lui demandant naïvement:
"Vous souhaitez des précisions sur la quantité de MP3 qui peuvent être stockés ou bien sur le nombre de périphériques sans fil simultanés gérés ?".

Aujourd'hui ceci est envisageable mais chacun développe ses ontologies dans son coin à sa manière. Nous l'avons fait pour que Téa ait une compréhension implicite des questions ayant trait au suivi de livraison par exemple.
Le W3C travaille à standardiser tout ça pour que ça coute moins cher.
Je rêve que les marques fournissent des ontologies toutes prêtes aux e-marchands de la même façon qu'elles organisent des sessions de formation pour les vendeurs de magasins...

Web-services et middleware

Reprenons le même internaute curieux et un tantinet espiègle.
Toujours devant sa page web pour acheter une belle machine à laver Indesit.
Il demande maintenant à Téa: "Bon ok mais cette machine elle est vraiment efficace ? C'est pas un gadget marketing ?"
La petite intelligence artificielle de Téa comprend alors qu'il s'agit de faire appel au web-service !
Ni une ni deux le web service va interroger Wikio, Kelkoo, Ciao ou encore Vozavi (d'ici là ils feront l'electroménager) afin de connaître les avis laissés sur les places notoires du web. Pas de bol c'est une nouveauté. Difficile d'avoir un avis objectif et public basé sur l'utilisation réelle.
Le web-service pourrait alors se prendre en main et décider d'aller payer QueChoisir pour obtenir la réponse souhaitée suite à leur banc d'essai de la semaine dernière.
La réponse qui tue:
"D'après les tests menés par Quechoisir ce mois ci, ce modèle est tout a fait performant. Voici un lien pour en savoir plus..."

Là encore rien d'impossible techniquement (on le fait pour donner une position temps réel des colis) mais le manque de standardisation rend trop long et donc trop couteux une mise en oeuvre à grande échelle.
Je rêve d'un middleware logistique fiable, 100% web adopté/imposé à tous les transporteurs européens. Il remplace les vieux EDI trop sommaires de manière à répondre aux attentes des e-consommateurs en matière de services et flexibilité...

A noter que les investissements récents de Google montrent une intention claire de mettre les 2 pieds dedans: un dans le middleware via le web mobile; l'autre dans le web sémantique via leur moteur de recherche.

What about Europe ?
On y bosse sur le middleware depuis plusieurs années (j'avais assité à une présentation très intéressante d'un boss R&D industriel de ce consortium il y a 4 ans: Visionnaire !)
Et on n'est pas en reste avec la sémantique non plus (voir Baagz et VirtuoZ par exemple)
Mais saura t'on transformer l'essai à l'échelle industrielle et mondiale ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Daniel 21/12/2012 16:32

Je vois très bien ce dont il s'agit Frederic suite a nos différents echanges sur le sujet
Cette note n'a pas pour objectif de juger Compario mais de simplifier 2 tendances lourdes du web
Même si Compario est très performant, ce n'est pas un standard. Chaque e-marchand qui se lance ne définit pas son projet en prenant en compte les impératifs de Compario
En revanche il prend en compte un certain nombre de choses par exemple pour son référencement, pour la navigation multi-navigateurs, etc...
Les démarches W3C dans le domaine du web sémantique et web services vont dans ce sens

Denel 21/12/2012 16:32

"Si la structure de la base de données change, il faut revoir les outils..."
Surement pas et en tout cas pas avec NOS outils, au contraire nous sommes 'agnostique" au niveau de la source de données et c'est bien ce qui fait une de nos différences
si demain tu décides de "switcher" d'un référentiel produit à un autre (et même uniquement sur certaines familles seulement , ce n'est pas "plug and replay" mais cela n'aura pas d'impact sur ton site web.
il faut aussi pouvoir gérer plusieurs référentiels produits avec le meme back office et/ou créer ces propres fiches pour certaines familles
pour finir , acheter l'accès à un référentiel de fiches techniques c'est bien mais que se passe t'il si une des fiches n'est pas dispo et que tu as 300 pièces de cette référence dans ton dépôt ? ...
réponse : pouvoir ajouter SES propres fiches au référentiel quand la fiche n'arrive pas assez vite par ton fournisseur...
dernier cas : la fiche est fausse , 2 go de mémoire alors que le produit n'est livré qu'avec 1 go : le délai du fournisseur de la fiche technique est de 72 h dans le meilleur des cas pour faire remonter une modification
on est vendredi 16h , tu fais quoi si tu n'as pas la possibilité de modifier la fiche de ton référentiel ?
bon je m'arrete la mais les cas business sont nombreux...

Daniel 21/12/2012 16:32

"le présent c'est le couplage des meilleures technos pour rendre le meilleur service global."
C'est la preuve que des web-services sont deja possibles
Mais rien n'est standardisé donc ça coute tout de meme encore cher et n'est pas pérenne
Si la structure de la base de données change, il faut revoir les outils...
D'un client à un autre il faut egalement réadapter les programmes...
On y arrivera avec du temps. Je ne suis pas pressé :-)

DENEL 21/12/2012 16:32

Très intéressant tout cela, le web sémantique c'est génial sur le papier mais il va se passer encore quelques années avant que les rêves de Daniel ne deviennent réalité ! :)
En attendant je rebondis sur l'article de Francois Zimerman qui parlait de pouvoir naviguer dans des bases de données structurées.
Daniel le sait c'est notre métier au quotidien de rendre la navigation aisée dans des bases de données mondiales dans près de 200 univers produits et plus de 3 millions de fiches techniques.
Ayant passé de nombreuses années dans la distribution et en contact étroit avec les consommateurs j'ai fondé Compario en 2003 pour inventer des solutions techniques destinées à aider les internautes dans leur démarche d'achat.
Nous n'en sommes qu'au début et le chemin à parcourir reste immense mais déja nous arrivons à proposer des solutions qui sont efficaces et nous avons fait le choix d'être pragmatique et complémentaire à la recherche sémantique.
Par exemple je crois beaucoup aux questions d'usages , voir ce lien :
http://www.3suisses.fr/FrontOfficePortail/Comparer/VirtualAdvisor.aspx?QairId=10&FamiId=9962
il s'agit de "guider" l'internaute en lui posant des questions simples , pour moi cela est trés complémentaire à des outils comme Téa
Aujourd'hui nous en sommes à la version 1 et c'est perfectible mais nous avançons à grand pas.
De plus notre activité au quotidien consiste a alimenter des moteurs de recherche sémantique que nous intégrons et alimentont en données pures et structurées mais aussi en informations de navigation et de configuration.
Nous augmentons ainsi la performance des moteurs de recherches sémantiques.
Un bon outil de sémantique renverra de mauvaises réponses s'il contient de mauvaises données.
Pour moi le présent c'est le couplage des meilleures technos pour rendre le meilleur service global.
Pour finir sur l'idée de Daniel d'interroger un web service UfcQueChoisir pour connaitre le résultat d'un test SI le produit a été testé et bien Daniel contacte moi si c'est vraiment un projet pour toi !
C'est Compario qui met en oeuvre les comparatifs techniques de UfcQueChoisir comme celui ci par exemple :
http://selecteur.quechoisir.org/F/17269/TVs.html

Facebook Twitter RSS Contact