Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daniel Broche
Manipulating search engines for profit become a serious problem (Brin & Page 2000)

ecommerce, marques et distribution selective

Daniel Broche #e-commerce: juridique

Le canal de vente sur le net se developpe très vite. Cela perturbe les marques qui ont mis un certain temps à structurer leur reseaux de distribution... et les oblige à se remettre en question. Pas si simple avec l'Europe qui assure la libre concurrence depuis le traité de Rome.

Une récente décision de justice donnerait raison à Festina d'exiger de ses revendeurs un point de vente physique. L'affaire l'opposait au site bijourama et ne date pas d'hier. Dans le précedent épisode, Festina devait revoir son contrat de distribution selective pour y intégrer le net: C'est fait, les e-marchands ne doivent pas être pure-players !

Toute cette affaire me parait complètement ubuesque: Pourquoi aller s'empètrer dans les questions de magasin, alors qu'il serait 10 fois plus efficace d'inciter les e-marchands sérieux à investir massivement sur des dispositifs de relation client capable de constituer une vraie barrière à l'entrée du marché (interface riches, CRM...) ?
Ouvrir un coin de vente de 10m² n'est guère compliqué, ne garanti pas grand chose au client et au final n'assure pas à la marque d'avoir un interlocuteur pérenne avec qui construire.

De plus le concept de point de vente physique est en pleine mutation. Entre les show-rooms, les points de retrait (qui peuvent être sous-traités) et même La Poste qui réfléchit à developper de nouveaux services dans ses bureaux; il y a tout lieu de penser que l'e-commerçant aura d'ici peu l'embarras du choix quand aux prestations de service en présence du consommateur !

Enfin il y a lieu de se demander si c'est le rôle des plate-formes d'intermédiation ( eBay, Price-minister ou 2xmoinscher) que d'aller controler la conformité des points de vente physiques de leurs membres (en ont elles les moyens ?).

Je crois donc beaucoup plus à une démarche conjointe entre les marques et les enseignes du web afin d'aggréger le traffic et d'élever le niveau d'exigence sur le net: Pouvoir comparer les services, navigation riche et surtout dispositif de relation client assurant un contact encore plus direct, compétent et rapide qu'en boutique !

Pour en savoir plus sur la distribution selective.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

mlle bio 21/12/2012 16:32

Je partage tout à fait ton point de vue. En cosmétique, je rencontre parfois le même problème de distribution sélective. Et notamment une marque que j'aurai souhaité distribuer refuse de vendre à un pure player. Je comprends qu'ils ont connu des dérives au début du net. Mais, je trouve vraiment dommage que ces marques ne dépassent pas leurs à priori pour finalement construire une relation intelligente tant avec leur partenaire ebusiness qu'avec leurs clients.

Benoit 21/12/2012 16:32

Je suis bien d'accord avec toi sur le coté suréaliste des marques qui exigent un point de vente physique...Dans notre cas, cela est déjà arrivé et je ne peux pas entamer des poursuites...alords on négocie avec chaque marque un "partenariat" spécifique.

Francois Ascani 21/12/2012 16:32

good comments; obviously not an expert, I still appreciate your critics of the recent legal decision and I share with you, as a customer, your view of the future; let's accelerate the number of ways, other than physical, you and your customers can use to interact and take benefit of these to promote quality and confidence.

Facebook Twitter RSS Contact