Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daniel Broche
Manipulating search engines for profit become a serious problem (Brin & Page 2000)

e-commerce: Des chiffres et des miettes

Daniel Broche #e-commerce finance

J'ai reçu par courrier ce matin un courrier promotionnel pour une étude financière du secteur de la VPC.

Afin d'appater le décideur, ce courrier donne quelques chiffres qui exitent la curiosité. J'ignore quelle est la méthodologie exacte et la fiabilité des données.

Mais il me semble qu'ils sont tout de même assez intéressants à relayer dans le paysage actuel car ils tranchent un peu avec l'ambiance générale (retour de levées de fonds astronomiques pour du retail, démultiplication exponentielle de solutions publicitaires pour le e-commerce, etc...)

Sur le panel que cette société d'analyse a étudié, 1 société sur 5 vendrait à perte depuis au moins 2 ans d'affilée
Sur les plus grosses entreprises, 25% seraient en déficit
Le CA moyen par employé du secteur se situerait autour de 280 000€. Ce qui est bien plus faible que les chiffres de la FEVAD. Mais le panel FEVAD ne prend probablement pas assez en compte la flopée de petits e-commerçants qui ne sont pas adhérents (longue traine...).

Tout ceci n'est pas très étonnant: Beaucoup de e-boutiques sont très jeunes et à la recherche du point mort. Mais il faut avouer que l'on entend rarement parler de tout cela dans les media du net depuis quelques mois...

Entre autres choses, le fait de pouvoir encaisser des paiements dès la prise de commande peut aider momentanément certains sites e-commerce à traverser des passes délicates. Dans la quasi-totalité des autres secteur, la gestion du BFR ne pardonnerait pas cela.

Il serait drôlement intéressant de savoir quel est le taux de remboursement des systèmes de paiement en ligne; générés via la VAD (en général du fait de commandes impossibles à honorer). Cela pourrait permettre au e-commerçants ayant de bonnes performances de démystifier l'argument qui revient très régulièrement dans la bouche de certains e-consommateurs, comme quoi toute la profession ferait son beurre en bloquant l'argent de ses clients de manière injustifiée.

Argument totalement faux, mais qui à la peau dure. On peut toujours rêver que les banques communiquent sur ces données au niveau national, non ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

David 21/12/2012 16:32

Oui j'imagine que la FEVAD a des chiffres tirées à partir d'un panel de ses membres. Sinon en effet, je confirme qu'on est un bon nombre de jeunes entreprises qui n'ont pas encore forcément atteints le point mort. (Le développement de Discounteo fait rêver!)
D'autres se lancent en réduisant leurs marges, en espérant faire du volume et forcément, ca prend plus longtemps à atteindre le point mort.
On verra d'ici 3 à 5 ans le nombre d'entreprises qui vont fermer faute de rentabilité.

Daniel 21/12/2012 16:32

en effet le panier moyen dans notre secteur se situe entre 300 et 400€ !
Il y a donc de quoi comprendre l'angoisse et l'énervement des clients dont la paiement est encaissé et la commande non honorée immédiatement

Julien 21/12/2012 16:32

Pour ce qui de la gestion de BRF, c'est d'autant plus critique que le panier moyen est important... et j'imagine que celui de Discounteo depasse celui de Lafraise ;-)

Facebook Twitter RSS Contact