Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daniel Broche
Manipulating search engines for profit become a serious problem (Brin & Page 2000)

Freeride: Remise en question apres le 1er mort sur le circuit pro

Daniel Broche #Montagne: business

Je ne voulais pas commenter à chaud le drame qui s'est joué à Tignes cette semaine: Neal Valiton, jeune freerider de 18 ans s'est tué lors d'une épreuve dans la station savoyarde.

C'est la première fois qu'un compétiteur meurt depuis que ces compétitions existent (une dizaine d'année). Toute la communauté est en deuil. Bien triste nouvelle.

J'ai a plusieurs reprise discuté avec des freeriders confirmés. Les plus "vieux" viennent du monde du ski artistique un peu tombé en désuétude apres les JO d'Albertville. Il est plus médiatique de sauter une barre de 30m que de faire un quadruple salto sur un tremplin.
Le concept même de compétition freeride fait polémique dans ce microcosme depuis le début.

Ce drame va sans nul doute relancer un débat très difficile à arbitrer, surtout avec l'émotion que soulève ce décès:

D'un côté les amoureux de ce sport qui revendiquent le droit de pratiquer librement. Conscients des risques. Bien d'autres disciplines sont mortellement dangereuses et beaucoup plus médiatisées (F1, voile en solitaire, etc...). La recherche du dépassement de soi est à ce prix: Qui peut s'arroger le droit d'interdire à un freerider d'aller au plus près de ses limites et de sa passion ?

D'un autre côté, on trouve des critiques d'un système largement financé par des marques de ski et de fringues qui poussent à la prise de risque contre rémunération (les fameux prize money). Le plus souvent des très jeunes riders en soif de reconnaissance. Certains riders avancent que la compétition est superflue. La véritable épreuve est avec soi même à travers la confrontation à la montagne et ses pentes.

La voie pour ce jeune sport est peut être dans un compromis via une organisation plus autonome et moins dépendante du sponsoring. Plus de reconnaissance du talent des athlètes et pas seulement un relai médiatique caricatural qui les présente comme des têtes brulées.

J'ignore quelles seront ceux qui auront le dernier mot mais une chose est sure: il y aura un avant et un après Neal Valiton, et c'est bien triste...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Daniel 21/12/2012 16:31

Neal avait semble t'il un blog qui est toujours en ligne
Pour ceux qui veulent laisser un mot de soutien à ses proches c'est ici: http://nealvaliton.blogspot.com/

Benoit 21/12/2012 16:31

C'est triste et je partage ton avis sur les questions relatives au sponsoring.

cho 21/12/2012 16:31

C'est difficile de trancher sur ce sujet effectivement: d'un côté, on peut prôner la pratique du freeride 'libre', sans compétition, et laisser ce sport ne s'exprimer qu'à travers un circuit fermé (photos, vidéos). et de l'autre, on sait que la montée d'un sport se fait en (grande) partie grâce à l'intérêt qu'il suscite dans un circuit économique (marques, stations de ski, évènements, etc), et on entend souvent qu'"enfin, il y a des investissements dans le ski freeride, une reconnaissance"...quand le sport de vient accessible au grand public.
Difficile de savoir quelle est la bonne direction.
En tout cas, ce qui est sûr, c'est qu'une meilleure analyse des médias sur les pratiques du freeride et le respect de la montagne éviterait de créer cette 'caricature' comme vous dites qui transforme les gens qui vivent leur passion en 'inconscients irresponsables qui prennent des risques inconsidérés".
En tout cas, cet évènement est bien triste.

Benoit 21/12/2012 16:31

Triste semaine pour les sportifs "extremes" : Loic Leferme, apnéiste recordman en no limits, lui aussi nous a quitté...

Facebook Twitter RSS Contact