Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daniel Broche
Manipulating search engines for profit become a serious problem (Brin & Page 2000)

Disappearing computer

Daniel Broche #Technologies & prospective

Un article du monde de ce jeudi écrit par Olivier Ertzscheid intitulé "Le jour où notre disque dur aura disparu" interpelle en terme pessimiste voire alarmiste sur le phénomène de virtualisation des supports d'information et plus particulièrement de la mainmise que vise les grands du secteurs (tous américains): Google, Microsoft/MSN, Yahoo!, etc...

Cet article reprend en partie l'affaire de la BNF qui avait réagi vivement face à l'initative de Google. Il constate également les services "gratuits" de plus en plus nombreux offerts par ces industriels pour faciliter la transisition/migration de nos données qui sont éparpillées sur de nombreux appareils (ordinateur domestique, ordinateur professionnel, telephone portable, etc...) vers un unique centre virtuel hébergé par leurs serveurs.

L'interrogation est légitime. En effet que se passerait il si on arrivait à une situation ou Google monopoliserait l'ensemble de mes données digitales ? Le pouvoir que cette société pourrait exercer sur moi serait immense et je serai bien démuni en cas de conflit.

L'auteur est également critique sur l'aspect intrusif de la publicité dans ces nouveau services.

Si j'ai une vision plus positive des choses. Mais ces remarques ne me laissent pas indifférent et je pense qu'elles reviendront à mon esprit lundi prochain lors de la conférence sur Internet 2.O qui est en droite ligne avec ce propos.

L'espace digital s'il devient une nécessité pour chaque citoyen ne doit pas uniquement relever du domaine commercial sans quoi cela contribuerait encore un peu plus à la fameuse fracture numérique. Tout comme l'acces aux infrastructures a été reconnu comme relevant sur certains territoires du service public et progresse donc lentement mais surement sous la pression des autorités sur les opérateurs, le domaine des services va devoir lui aussi être étudié de pres.

Certains services numériques liés à l'espace digital devraient logiquement relever d'une logique de service public, un peu comme le mail gratuit de la Poste.

D'autre part, comme le souligne le blog moteurs, c'est une vision très partisane et peu ouverte aux concepts des smart devices et autre intelligence ambiante: Les traveaux de recherche technologique actuels ne tendent pas tous vers le developpement de super serveurs loin de là. Je dirai même qu'au contraire la multiplication des supports capables de stocker de l'information devient le véritable challenge car c'est un probleme hautement complexe. C'est une vision à mon avis très simpliste que de penser qu'une organisation telle que Google ou autre Yahoo puisse maitriser cette somme de complexité qui nait de la dispersion de nos données entre différents appareils.

Au contraire comme me l'expliquait un chercheur du KTH lors d'une conférence bruxelloise il y a quelques mois, le fait que très bientot chacun puisse se balader avec une capacité de stockage sur lui bien supérieure à ses besoins (PDA, telephone portable, ipod), qu'en plus cette appareil sera doté de fonctions avancées de telecomunication pourrait permettre que chacun devienne un hébergeur potentiel des données de son voisin ! Dans un train par exemple si vous téléchargez un film: pourquoi ne pas utiliser la bande passante des autres terminaux disponibles si le reseau est suffisament intelligent pour vous imputer le traffic ?
Cette hypothese tres sérieuse pose d'autres problèmes notamment au niveau de la confidentalité qui sont à mon avis bien plus sérieux que l'hypothèse d'un big brother américain. Le projet européen Ambient networks traite de ces questions avec des résultats attendus pour 2007.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Jake 01/10/2016 07:56

Your blogs and every other content are thus interesting and helpful it makes me return back again.

Facebook Twitter RSS Contact