Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daniel Broche
Manipulating search engines for profit become a serious problem (Brin & Page 2000)

Omnigooglization

Daniel Broche #Technologies & prospective

L'annonce par Google de son projet de mise en ligne de plusieurs milliers de documents d'universités américaines provoque quelques remous ces jours ci dans la presse, la radio et dans les blogs bien sur (voir également pour l'origine du fil).

Le président de la BNF a réagit en appelant à une alternative européenne.

Bien ! (notons au passage qu'une université anglaise est dans le lot, et pas de française ce qui accentue peut être également certaines réactions)

Cependant je crois pas qu'il n'a pas été attendu pour que Bruxelles commence à se préoccuper de cet enjeu. Pour exemple l'appel en mars dédié au financement de projets R&D dans le domaine du web sémantique (recouvrant les problématiques d'indexation et acces) qui est le second budget (110 millions d'euros) apres la téléphonie mobile, autre fer de lance de l'industrie européenne.

De plus, j'ai eut l'occasion d'assiter à des réunions sur ce sujet lors de l'IST event en novembre dernier à la Haye. Les équipes de recherche européenne n'ont pas attendu l'annonce de Google pour prendre conscience du challenge stratégique et technologique que représente la future génération d'indexation de la connaissance en ligne.

Enfin, l'initiative de Google n'est pas la première du genre à ouvrir la porte vers une structuration du savoir universel pilotée par les industries US. Citons également le fameux projet Webfountain d'IBM visant à répliquer et analyser tout le web afin d'en dégager de l'information stratégique.

Ce qui est le plus génant dans tout cela c'est que l'on retrouve le problème général de la politique d'innovation en Europe: Les crédits publics sont là (ça pourrait être mieux certes, mais c'est pas négligeable vis à vis des US, de la Chine ou du Japon) mais pas les financements privés.

Aujourd'hui un acteur comme la BNF n'a aucun industriel Européen convaincu par l'intérêt économique qu'il pourrait dégager d'une telle entreprise s'il la placait au coeur de sa stratégie. Aux US c'est le contraire du fait de la très puissante industrie logicielle.

Si Google ou IBM se lancent dans ces défis c'est qu'ils ont imaginé des modèles rémunérateurs associés: Capitalisation sur sa position de leader rentable pour Google, offre d'intelligence stratégique défiant toute concurrence pour IBM...

Il serait logique que Microsoft prépare également quelquechose dans ce domaine.

Pour en revenir donc à l'Europe, la solution pour rester dans la compétition passe donc à mon avis par l'adoption du traité constitutionnel européen qui permettrait de créer et soutenir plus efficacement des politiques industrielles claires sur le modele d'EADS dans la défense. (Pierre Bilger explique ça très bien sur son blog)

On pourrait alors envisager de voir émerger un acteur de poids dans la société de l'information en bénéficiant de la convergence des systèmes d'informations (mobile / internet) autour d'acteurs comme France-Telecom.

Un tel consortium à l'échelle européenne pourrait accompagner une alternative crédible aux initiatives US. Le financement public serait nécessaire pour garantir les enjeux sociaux et culturels mais le moteur économique serait également présent pour avancer au rythme nécessaire alors qu'ajourd'hui il fait cruellement défaut.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

alphaBlog 21/12/2012 16:30

Omnigooglization

Cependant je crois pas qu'il n'a pas été attendu pour que Bruxelles commence à se préoccuper de cet enjeu. Pour exemple l'appel en mars dédié au financement de projets R&D dans le domaine du web sémantique (recouvrant les problématiques...

Facebook Twitter RSS Contact